Actes du colloque
De l'humour libéral
ou l'invention de l'idiot moderne

Publication Bon AccueilNous avons à peine quitté le 19ème siècle, et l'avons-nous d'ailleurs vraiment quitté, ce siècle tant loué pour son génie que pour son atroce lourdeur, dont les deux traits principaux furent la morale bourgeoise et l'occultisme ? Leur apothéose n'apparaît-elle pas au moment où ces deux traits culminent, entre 1933 et 1945 ?
C'est en tournant obstinément le dos à la célébration du passage illusoire au siècle suivant, au millénaire suivant, que nous avons le devoir de scruter avec insistance et de questionner ce que nous disons être notre vingtième siècle.
L'orgueil de se regarder s'en allant, selon l'expression de Denis Roche, appartient à celui qui atteint à la solitude par la raison dépoussiérée du drame ; la collectivité, elle, a le devoir de s'engouffrer avec humilité dans le couloir des siècles, sans ériger en chemin le moindre arc de triomphe.
Ce qu'a visé ce collectif rassemblant des intellectuels et des artistes pour un ensemble de rencontres, lectures et publications, fut ni plus ni moins qu'imaginer une nouvelle branche de l'anthropologie, une anthropologie du rire : c'est en effet l'aventure du rire et ses métamorphose récentes qui servit de poste d'observation pour le vingtième siècle ; nous avons travaillé à partir d'un texte de L.L. de Mars, De l'humour libéral ou l'invention de l'idiot moderne, qui tiendra lieu de prodrome à ce travail d'ensemble.

Déroulement des opérations :
Ce court programme, accompagné du texte liminaire, a été distribué sur le net et par voie postale, invitant le plus grand nombre d'artistes et d'intellectuels à tenter l'aventure ; le choix des propositions fut livré à la seule responsabilité de l'instigateur du projet ; faire appel à un large éventail des activités humaines -psychanalyse, arts plastiques, sociologie, littérature etc.- aurait permis de disposer d'un véritable outil de base, pour un authentique travail anthropologique à poursuivre.
Du 26 Décembre au 31 Janvier, les textes, les plans des travaux plastiques, photos des réalisations, furent attendus afin d'aboutir à un ouvrage collectif à la fin du colloque. Cet ouvrage verra bien le jour, mais n'aura pas la dimension pluridisciplinaire tant attendue, faute de réponses ; mais peu importe... Ce colloque et les trois interventions qui l'ont composé ont au moins pu dessiner avec précision le cadre avec lequel les théoriciens, désormais, devront composer, aussi étriqué soit-il; en effet, ce que vous pourrez lire, compte-rendu après compte-rendu, c'est le portrait d'une hostilité à la théorie qui était, étrangement, saisi au coeur de notre modèle théorique, l'origine de toutes nos questions.

LE S.E.P.A./LE TERRIER


Les textes disponibles
  1. En HTML
  2. En .pdf
Les actes du colloque sont soumis au Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et la modifier selon les termes de la Licence Art Libre.
Vous trouverez un exemplaire de cette Licence ici.